Le directeur d’une école que nous connaissons bien (nous aidons là une vingtaine d’enfants) nous a orienté vers ce village.

Therkunam se situe à une trentaine de kilomètres de notre bureau.

Il n’y a aucune association dans la zone.

Ernestine et Leela ont rencontré le directeur de l’école publique ainsi que les instituteurs de Therkunam. Très vite elles ont réalisé les enquêtes auprès des familles et ont  visité les logements.

Il y a environ 500 habitations dans ce village avec une majorité de huttes. Il y a beaucoup de personnes très pauvres, beaucoup de veuves également.

On constate rapidement la séparation entre les castes. Le village des dalits (intouchables) est à part avec leur école, leur puit….

L’électricité est très aléatoire, l’eau potable alimente le village quelques heures tous les 3 ou 4 jours.

L’agriculture est la principale ressource du village mais la sècheresse a appauvri considérablement les habitants.  Les hommes sont contraints de trouver un travail journalier ailleurs (coolie, ouvriers…).
Les femmes n’ont pas d’autres choix que d’accepter les 100 jours du gouvernement (Dans les campagnes le gouvernement promet 100 jours de travail pour chaque famille), Ces 100 jours consistent à enlever les mauvaises herbes dans les champs, le sable des rivières, la réparation des routes….La journée de travail est payée 100 roupies (1,30€), le travail est très dur et mal payé.

Nous avons rencontré beaucoup de familles mais nous allons en aider 7 dans un premier temps. Les mamans étaient très intimidées au début, pas facile en effet de parler de sujets très personnels à des inconnues.

Quand nous serons bien implantées dans le village nous aiderons d’autres familles, petit à petit…tout doucement…

Notre objectif principal est de motiver les enfants pour qu’ils soient concentrés sur leurs études, leur apporter des compétences .

 Nous voulons qu’ils croient à leur futur. En leur donnant un coup de pouce… ça peut aider !!

Ernestine et Leela.

therkunam (9)

therkunam (15)

therkunam (12)